Née en 1942 à Târgu Ocna dans la région de Bacău, Gabriela Adameşteanu est une romancière roumaine.

Son roman Une Matinée perdue (Dimineaţa pierdută) passe en revue 70 ans d’histoire roumaine. L’écriture de ce livre a représenté un véritable travail de documentation et de recherche, écriture pareille à une découverte, celle de l’ « histoire falsifiée ». « J’avais commencé mon livre en voulant montrer la vie d’un personnage pittoresque par son langage […] mais j’étais très jeune à l’époque et je l’ai laissé. Plus tard, j’ai décidé d’écrire sur la vieillesse et la pauvreté », nous confie l’auteur, que nous avons eu la chance de rencontrer lors de notre séjour à Bucarest.

Une Matinée perdue reçoit le prix de l’Union des Écrivains en 1985. En 1987, Gabriela Adameşteanu décide, sur la proposition la célèbre réalisatrice Catalina Buzoianu, de mettre son roman en scène, ceci dans le contexte de durcissement du régime communiste en Roumanie.

C’est donc à partir de cette œuvre que nous avons choisi d’étudier la Bucarest du début du XXe siècle, la Bucarest disparue, dévorée par la guerre, puis par le communisme sous Nicolae Ceauşescu.

Aussi, grâce aux recherches effectuées sur place et aux photographies prises de Bucarest, nous nous attacherons à mettre en lumière la Bucarest d’autrefois…

dimineata-pierduta_27785_1_1355910537Édition roumaine de Une matinée perdue.

Publicités